Beijing Premier Jour (Partie B)

Publié le par jo

La grande muraille...

La grande muraille c'est un grand mur... très très long... et où il fait très très froid!!! Avez-vous déjà eu la sensation de ne plus sentir si vos doigts de pieds sont ou ne sont plus attaché au reste de votre corps? Les doigts qui gèlent tellement qu'il vous est impossible de tenir votre caméscope ou appareil photo, même avec des gants en polaire + cuir? Les cuisses qui vous piquent tellement le vent est froid et transperce tous vos vêtements? C’est un peu comme si vous faisiez du ski de piste en culotte et tee-shirt (ou en caleçon pour les hommes bien-sûr)... c'est ce que nous avons vécu... les yeux qui coulent et les larmes qui gèlent sur le visage...

 

La grande muraille c'est donc un grand mur, long, froid surpeuplé, bruyant, fatiguant parce qu’il faut marcher et surtout monté des marches, beaucoup de marches... (Enfin nous on a prit un ptit train qui nous a montez en haut, mais ça faut pas le dire, ci dessous notre moyen de transport pour nous montez en haut de la grande muraille).

A peine descendu du bus les vendeurs chinois à la sauvette se mirent à nous tourner autour pour nous vendre bonnet, chapeau, écharpes, gant et même couvertures en laine... Le français qi faisait partie de notre groupe de visite, n'étant pas habitué aux vendeurs a la sauvette chinois, craqua et acheta une paire de gants à 20RMB, un peu cher pour le pays mais bien chaud et de très bonne qualité apparemment! C'est d'ailleurs a se demander comment les vendeurs français arrivent à dormir quand on voit la marge qu'ils se font sur UNE paire de gant, sachant qu'ici une même paire qui coûte une 40ène d'euros, peut-être négocié a 90centimes d'euros! Sur une paire de gant à 40 euros ils se font une marge d'au moins 30 euros (si on enlève le transport et d'autre truc auxquels je ne pense certainement pas). En plus ils ne sont même pas souriant quand ils nous tirent notre fric en France. Au moins, ici on sent qu'ils sont reconnaissant qu'on ai choisi eux plutôt que des autres, ils sourient, ils sont prêt à négocier, enfin le rêve quoi...

 

Au fait, tant que j'y pense, s'il vous plait, ne venez plus vous balader sur la Muraille de Chine habillé en blanc, ça, ça craint vraiment! Ca à vraiment choqué ici la petite escapade de Madame Royale, sérieux, normalement vous n’êtes pas supposé avoir des conseillés qui vous disent "non pas en blanc, surtout pas en BLANC par ce qu'ici c'est la couleur de la MORT". Les gens ici ils l'ont prit soit comme un horrible présage, soit comme du foutage de pomme!!! Faudrait voir a attendre d'être élu avant de commencer à faire des bêtises ! (désolé pour les fervents admirateurs de Sego).

 

Une fois arrivé en haut de la grande muraille des vendeurs faisaient des petites plaques sur laquelle ils gravaient votre nom, avec écrit à côté "je suis allé sur la Grande Muraille". En effet, il était dit dans le temps qu'on devenait un homme le jour où on faisait l'ascension de la grande muraille c'est pour cela que beaucoup de vendeurs propose différentes manières d'immortaliser ce jour. Je rassure les femmes, j'ai bien demandé, nous ne deviendrons pas un homme après l'ascension ! Ouf...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A travers cette petite fenêtre en haut de la Grande Muraille, le vent s'engouffrait et soufflait violement et brûlait le visage tant il était froid et loin de la lumière chaude des rayons du soleil.

Le paysage de là haut était tout de même magnifique, la muraille qu'on voyait à perte de vue, se rétrécissait et finissait par disparaître au loin, derrière une montagne. Merveilleuse architecture, sa construction fût entreprise par l'Empereur Qing Shi Huang,  premier empereur des Qin (le même Empereur qui c'est fait enterré avec une armé de plus de 10000 soldat en terre cuite, taille humaine). La Grande Muraille de Chine est une fortification militaire datant du IIIème siècle avant Jésus Christ et située au nord de la Chine. Elle mesure environ 6400 Km de long... et après tant d'année, elle est toujours debout, grâce au travail acharné de nombreux chinois, qui continu à construire et à réparer cet immense mur qui continu jusqu'a "l'infini"…

 

Publié dans jojo-en-chine

Commenter cet article

Sarah 28/02/2007 09:14

Jojo, je compatis pour les doigts gelés et l'impression décrite me rappelle fort celle que j'avais il y a 25 ans avec ta mère sur les pistes de ski de fond à Autrans!!
Bisous

Hugo 26/02/2007 13:25

génial cet article !!!je veux plus de photos !!!!