Réfrigidification, tempête et pannes d'électricité

Publié le par jo

Que peut-il y avoir de pire que la pluie, le vent, la neige, le dimanche, veille de rentrée de classe ? Une tempête de grêle, paralysant la ville entière suivie de deux pannes d’électricité alors que la température extérieur est de -7° ressenti -18° a cause d’un vent de 53 km heure… Toute la journée la fenêtre de ma chambre était opaque, recouverte tout d’abord de pluie, puis de grêle puis le vent froid fit geler tout ça. Vers 18h l’électricité coupa… Dans le noir total, mon petit ami suivi de deux autres français trouvèrent refuge dans ma chambre, deux bougies acheté à l’ occasion de Noël et le briquet d’un club privée de la ville de Dalian nous permirent d’y voir un peu… nous utilisâmes le peu de batterie qu’il restait sur mon pc pour regarder un film très intellectuel appelé OSS 117 avec comme acteur principal Jean Dujardin.

Nos ventres commencèrent à crier famine vers les 19h30, mais aucun valeureux livreur ne voulait prendre le risque de venir nous livrer « au plus tôt dans 2h ». Quelques français partir cependant affronter les éléments répondant a l’appel de leur corps affamé. Notre instinct de survis nous poussa à attendre que la panne cesse pour nous nourrir sans sortir… Nous patientâmes jusqu'à 20h que l’électricité revienne, nous nous dépêchâmes de faire cuire une poignée (grosse poigné) de pâtes, d’autre se dépêchèrent de prendre une douche, d’autre de sortir trouver un restaurant car tout le monde savait que l’électricité ne tiendrait pas longtemps… 1h30 plus tard une nouvelle panne nous frappa et nous plongea dans le noir pour cette fois, 13heures sans chauffage, sans lumière, sans téléphone (car les lignes coupaient de temps en temps), sans internet… Seule dans le noir totale et sans aucun moyen de communication, le vent s’engouffrant par les fenêtres mal isolés de mon appartement, produisant un souffle effrayant, je tremblais a la recherche du dernier réconfort ; une pile pour mon lecteur MP3, une fois trouvé, a tâtons je glissai la pile dans le lecteur mis les écouteurs, m’enroula une fois dans une polaire, puis dans ma couette, mon corps perdait sa chaleur a grande vitesse… Je fermai les yeux et attendit avec peur la bourrasque suivante qui me glacerait jusqu’a l’os.

Le lendemain a 10heures l’électricité n’était toujours pas revenu et le froid avait envahi toute ma chambre et le simple fait d’avoir du aller au toilette dans le noir total en plein milieu de la nuit m’avait filé un affreux mal de ventre, mais toujours aucun moyen de se réchauffer. L’électricité fût rétabli une demie heure après, le vent soufflait à plus de 53 Km heure, le froid brûlait le visage des quelques courageux qui  étaient sorti et a chaque bourrasque, le visage recouvert de larmes ils manquaient de tomber, à moitié emporter par le vent. Du côté intérieur des vitres des couloirs de la faculté, au niveau des jointures, la glace s’était accumulé, le froid nous gelait jusqu'à l’os quand on allait d’une chambre à une autre. Un de nos ami nous raconta que dans le restaurant où il avait été manger, le vent était tellement violent que la climatisation du restaurant s’était décroché faisant un gros trou, il se mit alors a neiger dans le resto.

 Maintenant, deux jours plus tard, internet est rétabli et les radiateurs que l’on avait coupé il y a plus de 3 semaines remarchent à pleine puissance, la fenêtre de ma chambre est gelé et ne s’ouvre toujours pas, le pays est paralysé par ce temps que l’on n’avait pas eu depuis 1969, dans certaines villes les gens ne peuvent toujours pas retourner au travail…

Publié dans jojo-en-chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zoup 10/03/2007 08:19

Un vrai talent de narration à cultiver abondemment! On s'y croirait.... D'ailleurs j'ai froid et je vais aller me faire un café.
Bises glacées.